Les commerces de bouche sont difficiles à conserver dans notre ville. Désormais, nous ne trouvons plus de charcuterie, de poissonnerie. Et il n’y avait déjà plus de fromagerie. Il en est de même pour les marchés de la gare ou de Suzanne Buisson, l’offre se raréfiant également.

La majorité municipale a beau afficher un optimisme naïf, on voit mal comment garantir que le futur marché de centre-ville du dimanche matin soit davantage fourni, alors même que le délégataire des marchés forains a prévenu de sa difficulté à faire venir les commerçants sur les marchés existants.

Certes, plusieurs supérettes d’appoint se sont ouvertes en centre ville, sans constituer une offre diversifiée pour les Bondynois.

Décidément, le développement d’une large offre de commerces n’est vraiment pas une priorité de la gauche municipale !